contes-et-nouvelles.blog4ever.com

www.lectures-evasion.com

La rose et la goutte de rosée

rose.jpg

 

 

     Une goutte de rosée se prélassait sur un pétale de rose. Elle se sentait si bien sur ce lit de velours au parfum enivrant ! Si seulement elle pouvait y rester éternellement ! Mais la brise matinale, si douce fût-elle, la poussait cependant vers l'ourlet du pétale. Bientôt, elle glisserait, tomberait, éclaterait dans l'herbe en contrebas. Et elle ne voulait pas, non, elle ne voulait pas ! Elle voulait rester là ! Alors, elle résista, résista. Elle résista tant et si bien qu'elle émit un gémissement, inaudible à toute oreille humaine mais perceptible au cœur de la rose, son hôtesse. La rose lui demanda alors :

– Est-ce vous, jolie goutte de rosée, qui gémissez de la sorte ?

– Oh, je suis navrée, belle rose, je ne voulais pas déranger votre quiétude, mais voyez-vous, je suis si bien ici que j'aimerais y rester pour la vie. Mais le vent veut me pousser hors de vous. Ce que vous entendez, ce sont mes cris de résistance.

– Pourquoi donc résister ? Votre destin n'est-il pas de disparaître aux premiers rayons du soleil ? Pourquoi ne vivez-vous pas pleinement vos quelques instants de vie, au lieu de gaspiller inutilement votre énergie ? Si vous aimez ma couleur, contemplez-là. Si vous aimez mon parfum, humez-le. Si vous aimez la douceur veloutée de mon pétale, gouttez-là. Car très vite, vous allez vous dessécher. Il sera trop tard, alors.

 

 

     La goutte de rosée réfléchit. Ma foi, ce n'est pas faux ce que la rose me dit là... Mais la goutte de rosée était rebelle. Elle ne pouvait admettre devoir bientôt quitter son paradis. Elle se dit : "Après tout, j'aurais pu atterrir sur une motte de terre, éclater sur un cactus, pire... fondre instantanément sur du bitume brûlant. Mais non, je suis là, près du cœur de la reine des fleurs. C'était écrit. Le destin m'a conduite ici, ce n'est tout de même pas pour rien ! Je dois pouvoir trouver un moyen de rester. Et la goutte de rosée résista de plus belle, d'autant que le vent s'était renforcé.

– Vous vous entêtez... lui dit alors gentiment la rose. Je suis flattée, vraiment, que vous teniez autant à rester près de moi. Mais en ce moment, vous êtes en train de perdre la magie du meilleur de votre vie. Il ne faut pas tenter de nager à contre-courant de son destin. Regardez-moi. J'admets le sort qui est le mien. Je sais bien qu'un jour proche, mes pétales vont commencer à faner, puis tomber, puis rejoindre les feuilles mortes déjà en putréfaction sur la terre humide. Mon parfum ne sera alors plus aussi agréable et je n'attirerai plus aucun des regards qui, en ce moment, se posent avec admiration sur moi. Ainsi va la vie d'une rose... Mais je sais qu'un jour, je renaîtrai dans un autre bourgeon, lequel à son tour éclora et révélera la beauté particulière d'une autre fleur. Peut-être alors renaîtrez-vous, vous aussi, dans une autre goutte, qui s'attardera sur l'un de mes pétales.

– Vous croyez ? Vous croyez vraiment que c'est possible ? répondit la goutte, subjuguée par la réponse de la rose, qui résonnait comme un joli conte de fée.

– Je ne sais pas, mais c'est possible. Vous savez, en ce monde, tout est relié à tout. Tout dépend de tout. Tout se meut en tout... Selon notre angle de vue, nous voyons telle ou telle facette des choses, nous en voyons une partie ou le tout. Par exemple, imaginez une puce. En un saut, elle peut se poser sur le pétale où vous vous trouvez en ce moment. Et que verra-t-elle en se posant ? Une énorme bulle remplie d'eau rosée qui menace d'exploser et de la noyer dans un torrent furieux. Alors, en un saut de puce, elle va immédiatement atteindre un pétale plus hospitalier. Et pourtant, aux yeux des passants et à mon cœur qui vous admire, vous n'êtes bien qu'une jolie et bien inoffensive goutte de rosée, dont les reflets irisés font du velours de mon pétale une robe scintillante de toute beauté.

 

 

     Pendant un instant, la goutte resta muette d'étonnement et d'admiration. Cette rose n'était pas seulement superbe, elle savait comme personne consoler un cœur triste. Et si elle avait raison ? Et si le destin de la goutte de rosée était tout simplement d'orner une fleur pour un instant ? Mais un instant sublime. Un instant magique. Un instant hors du temps. Aussitôt, la goutte de rosée cessa de se débattre. Elle s'en remit entièrement à la douceur de l'instant, avec la certitude d'être une goutte d'eau dans le grand univers, mais une goutte d'eau nécessaire. Comme sont nécessaires à la vie le soleil, la pluie, les rivières, les océans, l'herbe, le grain de blé, la rose et le lilas, le lion qui rugit, la tourterelle qui roucoule, le vers, le papillon...

Tout doucement, les rayons du soleil se mirent à caresser la goutte de rosée. Peu à peu, elle rétrécit. Jusqu'à disparaître totalement du velours de la rose. Elle venait de vivre la vie d'une goutte. Le cœur content et apaisé.

 

 Martine

 

 ®Tous droits réservés



10/09/2016
19 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 47 autres membres