contes-et-nouvelles.blog4ever.com

www.lectures-evasion.com

La marguerite triste

marguerite et bleuet.jpg

 

 

Une marguerite fatiguée, désespérée du peu d’ardeur que mettait le soleil à darder ses rayons, s’adressa d’un ton boudeur à son ami le bleuet :

-          Aujourd’hui, j’ai décidé de ne pas ouvrir mes pétales. A quoi bon de toute façon... tout est si terne et si sombre dehors !

-          Pourquoi donc ferais-tu ça ? répondit son ami, d’un air étonné. Si tu laisses tes pétales fermés, il fera plus sombre encore pour toi, et puis…je n’aurai pas le plaisir d’admirer ton élégant pistil, ajouta-t-il, admiratif, espérant ainsi ramener la joie de vivre dans le cœur de son amie.

Mais la marguerite était entêtée, elle avait fermement décidé de faire étalage de sa mauvaise humeur. Elle n’ouvrit donc pas ses pétales et se recroquevilla sur elle-même.

Un papillon qui passait par là, voyant son cœur fermé, ne s’arrêta pas, puis, quelques secondes plus tard, se posa élégamment sur le bleuet.

Une abeille, elle aussi, détourna son vol en voyant ses pétales fermés, puis se posa également sur le bleuet.

Il en fut de même du bourdon, de la coccinelle et du hanneton.

Bientôt, le bleuet put mélanger sa belle robe bleue aux couleurs vives de celles de ses visiteurs. Le soleil lui-même ne l’aurait pas rendu plus beau.

Voyant cela, la marguerite s’attrista. « Pourquoi ses amis les insectes la fuyaient-ils ainsi ? » Elle se sentait si seule, si triste… tandis que son ami le bleuet, lui, resplendissait de joie.

Comprenant son chagrin, ce dernier, compatissant, la pria une fois encore :

-          S’il te plaît, ouvre tes pétales, mon amie, le sourire de ton beau cœur d’or me manque.

Réconfortée par cette douce voix familière, la marguerite en trembla d’émotion. Elle ouvrit alors timidement un premier pétale, puis un deuxième, puis un autre, et encore un autre… Bientôt, sa belle corolle ouverte resplendit dans le gris matin et offrit son soleil au bleuet attendri.

Aussitôt, le papillon s’en vint vers elle, puis l’abeille, le bourdon, la coccinelle et le hanneton.

Et le bleuet sourit, du sourire ravi de la fleur optimiste qui vient de partager spontanément son espoir et sa joie.

 

Martine

 

 

 

 

 

 

 

 



02/12/2015
28 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 47 autres membres